janvier 11, 2018

Crédibiliser son contenu grâce à un site média

credibility

Comment amplifier mais aussi crédibiliser son contenu ? Un site média a-t-il une image plus sérieuse que les médias sociaux ? C’est la question à laquelle ont répondu les experts réunis autour de la troisième table ronde organisée par Rossel Advertising et Pub magazine.

 

La plateforme de diffusion et de promotion de son contenu est primordiale. Où sera-t-il publié ? Quelle est l’image de ce site auprès du public ? Les médias sociaux sont-ils plus ou moins crédibles qu’un site média ou un influenceur ? Les spécialistes présents à la table ronde sur le digital organisée par Rossel Advertsing et Pub magazine s’accordent pour dire qu’il n’y a pas une seule solution, mais que les médias offrent la meilleure alternative.

Un mix d’outils selon le contenu
« Une des grandes forces de l’influenceur, c’est qu’il amène sa cible et que l’audience est bonne pour la marque. Et il apporte une plus-value au contenu, rien qu’en l’écrivant » explique Quentin Pirlot, Social media Specialist. Mais il y a des différences selon Martial Chouvel, CEO de Newsmaster. « Travailler avec un influenceur, c’est une chose. Travailler avec des outils d’amplification qu’on peut targeter, c’est une tout autre chose. Ça fait partie des possibilités d’amplification d’une marque. Aujourd’hui, chaque contenu produit a une vocation marketing bien définie ». Et c’est selon son objectif (awareness, considération…), sa typologie et le type de personnes qu’on cherche à toucher que l’on va définir si la diffusion se fait sur un site média, un influenceur ou les médias sociaux. « C’est un mix en fonction des besoins, du momentum » complète Marielle Rogis, directrice du Forum nucléaire belge.

Un niveau de qualité différent
La différence se situe au niveau de la qualité des plateformes. « En fonction du canal, y a une acceptation de la qualité qui n’est pas la même. Quand on se promène sur un site Rossel, on n’a pas la même qualité qu’un newsfeed Facebook où des fake news sont présentes » ajoute Quentin Pirlot. « La plus grande crainte de Facebook, c’est que les gens se disent que le fil d’actualité n’a plus de valeur et qu’ils ne le visitent plus » note-t-il encore. Et les influenceurs ? « On voit que les influenceurs ont un problème de modèle économique et qu’ils se rapprochent des grands médias » analyse Thierry Hugot, Directeur Commercial et Marketing Groupe Rossel, citant l’exemple de Belgium iPhone.

Au final, ne seraient-ce pas les sites des médias qui peuvent offrir aux marques la meilleure des solutions comme le suggère François-Xavier Préaut, Directeur Commercial Outbrain. « L’intérêt de l’influenceur, c’est la qualité et une parole spontanée même si elle est payée tout de même. Facebook offre de la scalabilité mais compte des problèmes de qualité et de vérification. Les grands médias offrent eux à la fois une force de frappe, une capacité d’adaptation et une qualité du contenu » conclut-il.

Share this Post:
Read more...