novembre 28, 2016

Interview : « Toujours plus de contenus à amplifier et diffuser »

photo

De passage à Bruxelles pour s’exprimer sur le native advertising pour le Digital Managers Club, Charles Deffontaine, Managing Directord’Adyoulike.com, a d’abord répondu aux questions du Brand Content Corner.

Qu’est-ce qui vous amène à Bruxelles, à ce dîner-conférence organisé par DMC ?
L’idée, c’est de parler du native advertising, un nouveau marché publicitaire et une nouvelle approche développée notamment chez Adyoulike.com. Le native advertising, c’est un type de publicité directement intégré au feed d’un site. Une démarche de « pull » car c’est l’internaute qui va vers le contenu. Le but est donc d’échanger sur les opportunités et les problématiques liées.

Quelles sont ces problématiques ?
C’est déjà un changement. On communique par le contenu avec un titre, une description et une image. Cela change de la diffusion de campagnes par l’offre, comme les bannières publicitaires. Il faut donc une adaptation, une démarche différente des annonceurs et la création de nouveaux emplacements par les éditeurs sur leurs sites et applications. Ce marché a déjà explosé aux Etats-Unis et les projections sont énormes. Il connait déjà un essor considérable en Europe et il n’y a pas de raison que ce phénomène ne soit pas le même sur le vieux continent et en Belgique.

A quoi est-dû cet essor ?
Plusieurs phénomènes. Tout d’abord, les annonceurs créent beaucoup plus de contenu qu’auparavant et ont une démarche à long terme. En parallèle, les éditeurs inventorient leurs espaces disponibles, ce qui était un blocage auparavant. Du coup, il y aura plus d’inventaires, plus de contenus à amplifier et diffuser. Il est donc logique d’y voir une croissance naturelle du marché, avec un basculement du business du display vers le native advertising. Ensuite, il y a la contrainte concrète de répondre au phénomène engendré par les bloqueurs de publicité, qui est un indicateur de rejet des utilisateurs. Plus une publicité sera intégrée via le contenu, plus l’expérience utilisateur sera agréable et redorera l’image du digital. Enfin, il y a le mobile. Car le native advertising est la meilleure réponse à la publicité mobile puisqu’elle s’intègre directement au fil d’actualité des sites.

Vous parliez de basculement de business. Est-ce la mort du display à court terme ?
Pas forcément. Le display sera utilisé d’une autre manière, avec plus de données, plus de targeting et plus de logique. Une technique qui utilisera le display et le native advertising. On pourra amener des gens grâce à du contenu et les toucher ensuite par du display grâce à un meilleur ciblage et une personnalisation du contenu.

Le but est d’avoir un contenu de plus en plus ciblé ?
Un utilisateur ne sera pas exposé au même contenu qu’un autre alors qu’il consulte le même site web. Le ciblage se fera par rapport aux données de l’utilisateur et au contexte de consultation de contenus. Si je veux cibler un homme entre 25 et 35 ans, et en plus rajouter une couche contextuelle car il consulte du contenu lié au sport, on lui proposera un contenu publicitaire lié à ces sports. Cela permettra derrière de rendre encore plus pertinent le native advertising, d’affiner le ciblage et in fine augmenter les performances.

Share this Post:
Read more...