juin 8, 2016

Les micro-moments rythment le marketing de contenu

mm-hero-bgL’offre de contenus mis en ligne par les marques doit aujourd’hui s’adapter aux micro-moments qui font partie des nouveaux modes de consultation de l’information par les consommateurs.

Présentée par Google il y a deux ans, la théorie des micro-moments décrit notre consommation des médias, fragmentée en de multiples petits instants durant lesquels nous sommes disponibles pour chercher, consulter l’information ou se divertir. Ces micro-moments sont disséminés tout au long de la journée. Comment l’offre de contenus de marque doit-elle se modifier pour répondre à ces nouveaux besoins ? La clé du contenu de marque se situerait désormais dans des formats courts, impactants, faciles à consommer, à commenter et à partager.

Quelques secondes pour marquer les esprits

On observe que notre capacité d’attention moyenne décroît d’année en année pour se limiter à 8 secondes à l’heure actuelle ! Face à cette réalité, les marques doivent adapter leurs formats : des contenus plus courts (ex: 6 secondes sur Vine; 1 à 10 secondes sur Snapchat), qui marquent les esprits dans les premières secondes.

Illustrant cette mouvance, le petit fantôme Snapchat vient d’atteindre un véritable record en termes de vidéos visualisées par jour sur application mobile. Pas moins de 10 milliards de contenus « live » éphémères y sont quotidiennement consommés ! On attribue plusieurs raisons à ce succès: des vidéos plein écran, des formats impactants, courts et rapides à charger, à consommer.

Miser sur des formats faciles à partager

On constate que les Millennials (18 – 35 ans) sont particulièrement adeptes de courtes recherches et consommations en ligne, dispersées tout au long de la journée. Pour séduire cette cible tant convoitée, les marques sont invitées à miser sur des formats courts, faciles à consommer et à partager sur les réseaux sociaux. Par exemple, les « thumbstoppers », ces vidéos rapides proches du format stop-motion, plaisent beaucoup à ces jeunes audiences.

Scénariser et découper le contenu

D’après une étude de 2013, l’usager moyen dégainerait 150 fois son téléphone par jour pour consulter ses applications préférées, génératrices de contenus. Le mouvement récurrent de ces mobinautes consiste à 1. « scroller », 2. « cliquer », 3. « liker »et 4. « scroller » à nouveau. Ces quatre étapes sont effectuées en moins de 4 secondes. Avec de telles pratiques, une scénarisation des contenus s’impose.

Place à la créativité des marques pour proposer de nouveaux contenus qui répondront aux attentes des consommateurs qui « se nourrissent » désormais un petit peu mais en continu.

Share this Post:
Read more...