septembre 5, 2016

Les techniques SEO à adopter pour des contenus plus visibles

SEO-GOOGLEUn bon usage des mots-clés s’impose pour qu’un site web et ses contenus soient bien classés et donc visibles dans les moteurs de recherche.

L’analyse sémantique latente

A l’heure actuelle, l’algorithme de Google fonctionne sur base d’une analyse sémantique latente (LSA). Il s’agit d’une méthode d’indexation et de recherche qui identifie les relations entre les termes dans un même contexte.

Concrètement, cela signifie que l’on peut désormais se détacher de la notion de mots-clés exacts. Google comprend qu’un ensemble de mots se réfère à une thématique précise. Le moteur de recherche indexe alors les pages web en fonction de la thématique détectée pour les classer dans les résultats de recherche.

En ce sens, Google invite les spécialistes du marketing de contenu à optimiser le confort des utilisateurs et des lecteurs en proposant des articles qui privilégient le sens, la pertinence et la convivialité des différents publics visés.

Ecrire un contenu trop riche en mots-clés, ça n’a plus d’intérêt pour le référencement aujourd’hui. Par contre, la richesse sémantique (synonymes, idées) autour d’un concept en a bien davantage, d’autant plus que les mots-clés génériques subissent généralement une très forte concurrence.

Le SEO en 2016 suggère de choisir des mots-clés aussi précis que possible autour des produits ou des services d’une entreprise, de son positionnement et de la zone géographique concernée, si le référencement local est opportun.

Les balises de référencement

Une fois que les contenus sont rédigés, il faut alors exploiter les balises de référencement (ou balises SEO). Il s’agit là des titres (H1), sous-titres (H2, H3, H4) et des métadonnées.

Pour favoriser le référencement naturel d’un site ou d’une page web, il est impératif que les mots-clés principaux et secondaires se trouvent dans ces différentes balises. Ce sont elles que les robots de Google détectent en priorité. Chaque page possède ses propres balises.

Quant aux métadonnées (titres et meta descriptions, invisibles sur un site web, elles jouent toutefois un rôle clé sur la page des résultats de recherche (SERP). Leur micro contenu (max 70 signes pour un titre et 160 pour la description) est supposé attiser la curiosité de l’internaute et l’inciter au clic.

Share this Post:
Read more...